Le retrait, chapitre 59

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le retrait, chapitre 59

Message par Admin le Lun 10 Nov - 15:36


LE RETRAIT

(1) Bien que ce qui arrive soit entièrement l’objet de la prophétie, et démontré aujourd’hui par le Fils de l’homme, beaucoup de nations penseront encore pouvoir s’abriter derrière leur religion pour échapper au désastre. Cela sera ainsi, parce que chaque secte religieuse qui a imprimé sa marque sur les peuples est convaincue d’avoir un Dieu à elle, un prophète à elle, et un salut qui lui est propre. Pour ne pas périr cependant, veillez à vous en éloigner. Car introduire la vérité dans une montagne de mensonges, c’est comme introduire le feu dans une meule de paille. C’est pourquoi vous allez assister à l’embrasement du monde comme cela n’a jamais été, même au jour de l’arrivée de la Lune...

(2) L’Écriture ne parle pas de cet événement comme pouvant se produire éventuellement, mais qui se produira. Or, puisque toutes les nations arrogantes et sanguinaires sont concernées par cette fin du monde qu’elles ont elles-mêmes provoquée, on ne peut savoir d’avance qui est celle d’entre elles qui provoquera le commencement de l’apocalypse. Toutefois, en gardant l’oeil ouvert sur tout ce qui se préparera ou se produira dans les pays à partir du nouveau siècle, vous saurez comment elle viendra, nul ne s’y trompera. Mais ce jour-là, vous devrez déjà être à l’abri dans les montagnes ; car, si vous deviez vous enfuir à la hâte pendant l’hiver, ce serait beaucoup plus douloureux. Jésus aussi vous en avertit.
Le rétablissement de l'ordre

(3) Tâchez donc d’évacuer les villes dès que vous pourrez, parce qu’elles seront rapidement détruites. Mais, pour plusieurs, il sera difficile de se détacher de leurs biens et, pour d’autres, de quitter les membres de leur famille qui, incrédules, ne verront pas ce qui vient. Vaut-il mieux cependant sauver sa vie et connaître le royaume, ou périr avec les impies dans l’étang de feu ? Il est bon, il est doux de se trouver avec ceux auxquels on ressemble, et plus particulièrement dans les jours difficiles. Et c’est cela votre première force, car vous êtes tous circoncis de coeur et évoquez le nom de l’Éternel. Aucun ne contestera alors mes initiatives, parce que vous savez que la réussite du passage de ce monde dans le sanctuaire dépend de la formation des assemblées et de la confiance que l’on accorde à Celui qui envoie son fils pour vous chercher.

(4) Les assemblées dont on parle, sont des réunions de personnes ou de familles qui se connaissent entre elles, et qui croient le Fils de l’homme. Si donc vous êtes de ceux qui voyez venir l’accomplissement de la prophétie, votre mouvement vers votre salut consiste d’abord à rejoindre votre pays originel si vous êtes étrangers ou enfants d’étrangers, et à vous réunir ensuite avec vos proches et vos semblables dans les montagnes de votre pays. On ne peut, en effet, restaurer l’ordre originel auquel appartient l’ordre des peuples et changer de monde, si le monde dans lequel tous les hommes sont mélangés reste tel qu’il est. C’est pourquoi, que vous soyez d’orient ou d’occident, du septentrion ou du midi, vos assemblées ne devront être constituées que de gens originaires de vos pays.

(5) Si des immigrés sédentaires ou nomades refusent de rentrer dans leur pays originel et se regroupent sur vos montagnes, vous devrez les chasser par tous les moyens. Nous avons suffisamment démontré la raison d’être des races de l’humanité et combien elles sont précieuses, et que le respect que nous avons envers les autres commence par le fait que chacun habite son propre pays et non celui d’autrui. Mais il y a beaucoup d’autres raisons pour qu’il en soit ainsi, raisons que la loi met en évidence. Ne transgressez donc pas ce commandement pour ne pas mettre en péril votre propre peuple.

(6) Tourner le dos au Fils, c’est désobéir au Père qui vous remet aujourd’hui toute la Terre sur laquelle l’ordre des peuples doit régner. Et vous n’avez aucune bonne raison à faire valoir pour ne pas accomplir ce que Dieu me commande de vous dire. Rejetez alors vigoureusement ceux qui me contesteront, ils n’ont pas l’habit de noces pour épouser la vérité. Ils doivent être mis dehors ! Aucun d’eux ne doit entrer dans votre assemblée, sinon elle serait entièrement détruite par la colère de l’Éternel.
La formation des assemblées

(7) L'Écriture dit, en Ésaïe :

Va mon peuple, entre dans ta chambre,
Et ferme la porte derrière toi ;
Cache-toi pour quelques instants
Jusqu’à ce que la colère soit passée.
Car voici, l’Éternel sort de sa demeure,
Pour punir les crimes des habitants de la terre ;
Et la terre mettra le sang à nu,
Elle ne couvrira plus les meurtres.

Petit peuple élu, ceci t’indique que la fin du monde n’est pas la fin de toute vie, et qu’elle a lieu pour ton propre salut. Vois aussi le purgatoire dans cette parole du Livre, ainsi que le sanctuaire étendu sur toute la Terre, dans lequel tu vas bientôt sortir. Par conséquent, calme tes inquiétudes. La colère de l’Éternel passera sans t’atteindre si tu fais ce que je te demande pour te cacher et te mettre à l’abri.

8. Ces assemblées salvatrices se mettront en place sur les hauteurs au fur et à mesure des arrivants. Ayez d’abord conscience que, pris dans la mer humaine, vous êtes les eaux de Noé qui recouvriront toute la montagne d’un bord à l’autre. Devant vous, vous avez un peu de temps pour vous installer convenablement, sans toutefois rechercher les plus hautes cimes ; parce que ce n’est pas d’altitude en soi dont il s’agit, mais d’abris du déluge de feu, d’eau et de fortes grêles, que seules les montagnes peuvent offrir. Elles vous abriteront aussi des nombreuses radiations et de toute attaque des militaires que les chefs de vos peuples lanceront contre vous. N’envisagez donc pas de vous enfuir ailleurs, d’autant que, pour rester vivants, vous devez vous assembler quelque part et non vous disperser. Seuls dans un coin retiré, vous péririez.

(9) Comment concevoir les assemblées ? Imaginez tout d’abord un grand filet recouvrant toute la montagne. Chaque maille est un regroupement d’environ cent hommes vaillants, résolus et armés, familles et protégés en plus. Ensemble, ces groupes composent la Grande Assemblée. C’est pourquoi tous devront correspondre les uns aux autres pour la défense, ainsi que pour la répartition des vivres et des biens. Vous êtes les armées de Dieu. Et chaque groupe est une partie du peuple de Dieu, qui ne doit point être isolé des autres.

(10) Pour être plus mobiles en cas de nécessité, et pour subvenir plus aisément aux besoins de tous, vous diviserez chaque communauté de cent hommes avec leur famille, en deux sections de cinquante hommes avec leur famille. Vous vous organiserez ainsi au fur et à mesure des nouveaux arrivants. Et vous établirez des contacts permanents avec les autres communautés qui se seront formées ailleurs et plus loin. Pour cela, vous désignerez des responsables au sein de tous les groupes. Tout ceci vous permettra de comprendre pourquoi Jésus fait asseoir ses disciples sur l’herbe verte, par rangées de cinquante et de cent.

(11) Noé, Lot et Jésus montrent ce qu’il faut faire pour échapper au désastre. Et tout ce que je vous explique et demande de faire en donne la raison ; car il va de soi qu’en sortant des villes et des nations pour vous séparer des incirconcis, cela est largement suffisant pour interrompre définitivement ce monde, sans qu’il soit besoin d’utiliser les armes que vous connaissez.

(12) Sortir des villes et des nations, c’est sortir de Sodome et d’Egypte, là-même où j’ai été crucifié. Et comme moi, vous sortirez de la ville corrompue et de la nation destructrice, et porterez pareillement votre croix. Pour résister à cela, il est alors indispensable de vous regrouper et de former votre assemblée dans laquelle plus aucune personne ne devra pouvoir entrer dès que vous l’aurez jugée complète et définitivement close. Les nouveaux arrivants devront aller s’abriter ailleurs où il y a de la place, et composer un nouveau groupe. La raison évidente de ces formations est à la fois de vous donner à tous la possibilité de résister en maintenant un certain ordre au milieu de vous ; et aussi de vous défendre et d’empêcher l’infiltration des incirconcis. Vous devrez alors vous sonder les uns les autres pour savoir à qui vous avez affaire et pour mettre dehors les hautains, les hypocrites, les menteurs, les violents, les dominateurs, les religieux impertinents, les destructeurs, et tous ceux que la loi condamne.

(13) Lorsque ce monde qui s’achève sera tombé, vous serez peu nombreux. Et il n’y aura plus d’organisations ni d’interdépendance des nations. C’est ce à quoi vous devez penser pour pouvoir vous préparer et faire face. Chacun fera ce qu’il pourra assurément, et nul ne le blâmera. Cependant, sachez que seules les communautés vous permettront de résister jusqu’à la fin, ne serait-ce qu’en vous réconfortant les uns les autres. Elles vous permettront également de savoir que celui qui errera ici et là après le déluge, sans pouvoir prouver son appartenance à l’une d’entre elles, est un incirconcis qui aura réchappé. Pour qu’il ne puisse vivre dans le royaume, il devra être abandonné par tous, car il serait une graine de malheur qui remplirait à nouveau le monde d’ennemis. Vous héritez la Terre qui vous fut promise par l’Éternel, sur laquelle vous seuls devez régner. Aussi l’impie qui se rit des instructions du Fils de l’homme, en croyant qu’il n’est pas concerné, ne doit avoir aucune possibilité de finir ses jours dans le sanctuaire.

(14) Les portes du royaume, qui s’ouvrent aussi par le biais des assemblées, se refermeront derrière vous dès que vous serez réunis. Plus personne ne pourra les ouvrir si ce n’est Dieu. Ce qui est le plus grand piège pouvant exister contre les malfaiteurs car, en vous retirant ensemble, vous les mettez tous à l’écart. Et ce piège grandit encore par vos assemblées dans lesquelles ceux qui n’ont pas l’habit de noces ne peuvent entrer. Par conséquent, même si un incirconcis réchappe, le royaume lui est fermé. Car, en ne pouvant point démontrer son appartenance à l’une des assemblées du peuple de Dieu qui se retire, il sera rejeté par l’ensemble des rescapés et disparaîtra. Voilà ce qu’il en coûte de parler de Dieu avec un coeur double en n’agissant point selon Sa volonté. Vous allez dans un monde où l’homme éclairé n’a que Dieu pour maître, et son fils pour conseiller. C’est pourquoi le moment de savoir qui est de Dieu ou qui ne l’est pas, est enfin arrivé. Soyez donc fidèles, agissez comme je vous le demande, et vous serez fixés.
Les devoirs envers ses semblables

(15) Il ne s’agit pas d’une rêverie ni d’un livre sans conséquence pour le monde, car vous savez que je suis celui qui devait venir vous chercher et vous remettre ce qui vous appartient. Dorénavant, toute la montagne est à vous avec ce qui s’y trouve. Mais nul ne doit rien s’approprier en personne, car tout appartient au peuple de Dieu. Pour être justes, pensez que l’esprit chrétien est celui de la vie communautaire dans laquelle les forts aident les faibles et où tous les biens sont équitablement partagés. Vous êtes des frères et des soeurs qui se saisissent, s’accordent et se respectent, et non des ennemis qui s’opposent comme le font ceux qui se mettront à votre poursuite pour essayer de vivre encore de vous. Votre retrait sonne leur disparition. Mais si vous ne l’effectuez pas selon mon commandement et pendant qu’il est temps, ce sera votre fin. Ô Éternel, viens à mon secours !

(16) Ne connaissant point le jour de l’exécution du décret, ni ne sachant pas exactement quelle situation vous allez rencontrer, vous devez prévoir et amasser tout ce que vous estimerez nécessaire pour vivre d’une manière autonome, car il s’agit d’une guerre et de la dernière guerre que la Terre connaîtra. Utilisez donc sans crainte tous les moyens dont vous disposez pour emporter des semences originelles, des vivres et des médicaments en grandes quantités ; des vêtements chauds, des tentes et autres abris ; ainsi que des outils pour travailler les champs, du bétail, et tout ce que l’on emploie habituellement. Ce que vous laisserez doit être considéré comme perdu, et ce que vous emmènerez doit vous permettre de résister et de prendre un nouveau départ. Sauvez l’or et les pierres précieuses si vous voulez, pour en faire des parures ou autres ornements. Et si vous avez une bourse, utilisez-la ; d’abord pour multiplier le livre de vie et le faire connaître au plus grand nombre, ensuite pour vous munir de tout ce dont vous aurez besoin, notamment pour vous défendre.

(17) CULTIVATEURS, je ramène vos enfants qui s’en étaient allés dans les villes. Recevez-les dans vos villages, en mettant à leur disposition les espaces et les maisons inoccupées. Accordez-vous avec eux, d’autant plus que vous avez aussi besoin de ce qu’ils apportent pour faire face à ce qui vient. Abritez-les dans vos demeures autant que possible. L’heure est grave, elle est solennelle et ne doit point être entachée de médiocrité. Ayez tous bon coeur, bon esprit, et partagez vos biens pour que chacun soit fort et résiste. C’est là un commandement de Dieu pour ce grand jour qui n’a lieu qu’une seule fois. La vie de la nouvelle Jérusalem est celle que vous espériez, et la loi qui s’y rapporte vous habite déjà. Aussi, vous m’aiderez en accomplissant ce que je demande pour le salut de tous. Après quoi, quand tous les fléaux seront passés, vous reconstituerez vos familles et vous commencerez à bâtir la nouvelle Jérusalem selon les instructions de la loi.

(18) MÉDECINS, et vous tous qui produisez les médicaments, vous allez devoir soigner comme pendant les guerres desquelles vous devez tirer enseignements pour être efficaces. Désormais, vos organisations seront d’une totale impuissance. Aussi et avant quiconque, vous devez vous préparer à affronter l’adversité pour accomplir votre mission qui consiste à sauver. Amassez un grand nombre de médicaments de circonstances assurément, mais prévoyez aussi de subvenir aux besoins de tous ceux qui sont sous dépendance médicale. Je dis que les enfants, les femmes et les hommes dont la vie dépend de médicaments ne doivent nullement disparaître par manque de produits.

Vous donc, qui êtes en charge de la santé des gens, arrangez-vous pour continuer à produire les médicaments. Faites en sorte de ne point être coupables de la mort de ceux que vous auriez pu sauver. Que serait alors votre conscience si vous agissez contrairement à ce que Dieu demande à ses élus ? L’important c’est autrui. Et votre devoir, comme le salut de votre âme, est de sauver en dépit des difficultés et de leur durée. A vous, il n’est pas nécessaire de dire que vous êtes élus, réparateurs de brèches ! Vous l’êtes depuis le jour où Dieu vous choisit pour soigner. Veillez alors à ne pas vous condamner par omission. Ce monde s’achève, et vous savez désormais pourquoi il est achevé. Mettez alors votre savoir-faire au service de Dieu. Suivez-moi de bon coeur et avec humilité car, avec les gens des campagnes, vous êtes les derniers remparts des innocents.

(19) Parce que les chefs des nations semblent aujourd’hui s’accorder, alors qu’ils essayent seulement de repousser l’inévitable dernière guerre, ne pensez pas que l’accomplissement de la prophétie n’aura pas lieu ; il se produira. Veillez alors à ne pas compromettre la raison d’être des assemblées, par toutes sortes de discussions vaines et inutiles. J’organise leur formation en accord avec Moïse, parce qu’il n’y a pas d’autres façons de vous unir, de vous protéger, de vous sauver et de fermer la porte aux hypocrites, aux voleurs, aux meurtriers, aux violents, aux impudiques, aux chiens, aux idolâtres et à tous ceux qui pratiquent le mensonge ! Parce qu’ils marchèrent contre la Jérusalem dans laquelle je vous emmène, j’ai reçu l’ordre de me dresser contre eux, jusqu’à ce que leur nom soit effacé de la Terre. Il faut par conséquent vous méfier de ces gens-là, et ne plus prendre les réunions des chefs de peuples pour l’assurance de jours paisibles. Soyez au contraire plus vigilants que jamais. Gardez-vous bien d’établir un pacte, une trêve ou une sorte de paix avec les grands et tous ceux qui dominent, car vous avez affaire aux responsables du malheur déguisés en brebis, qui n’hésitent pas à faire périr des hommes en grande quantité au nom de leurs dieux, pour conforter leur suprématie. Quittez-les ! Et quand vous serez sur les hauteurs, attendez patiemment l’accomplissement de la prédiction, elle viendra lorsque tous les élus seront à l’abri.
Les devoirs envers les animaux

(20) Ce qui se produit en Noé, se produira pareillement lors de l’avènement du Fils de l’homme, dit Jésus. Vous vivez effectivement aujourd’hui ce que vit le monde corrompu du temps de Noé. Considérez alors que chaque assemblée sur les hauteurs est une cellule de l’arche. Cette arche est d’abord spirituelle par le livre qui s’en va dans la mer humaine pour vous chercher, puis elle devient corporelle par la formation des assemblées. Au terme de cet ouvrage, il n’est plus temps d’expliquer davantage que lorsque Dieu dit à Noé que plus jamais il ne détruira le monde comme il l’a fait, c’est au Fils de l’homme lui-même qu’il s’adresse. Puisque cette destruction (l’apocalypse) n’est pas encore passée, c’est bien à lui que cette promesse est faite : le comprenez-vous ? Il n’est par conséquent plus nécessaire d’expliquer que l’arche de Noé n’est pas un navire en bois avec lequel il sauve le monde. Car, et ainsi que vous l’avez déjà compris, ce navire ne pourrait même pas contenir des spécimens de chaque espèce de petits oiseaux qui existent dans le monde...

(21) Or, il y a plus que les petits oiseaux à sauver lorsque, dans sa fureur, l’Éternel détruit le monde qu’il a créé. Je parle des hommes assurément, mais aussi du menu et du gros bétail qui a besoin de vous pour rester en vie ; car les poissons et autres bêtes sauvages n’en ont nullement besoin, et tous ne périront pas. Les animaux que vous devez mettre à l’abri, sont ceux qui sont devenus dépendants de l’homme. Veillez alors à prendre mâles et femelles de chaque espèce, car sans eux le monde ne pourrait demeurer. Pensez qu’un cheval, un âne, une quelconque bête de labeur, une vache, une poule, un pigeon, un petit oiseau même vaut plus qu’un incirconcis ; car l’animal doit rester et l’incirconcis disparaître à jamais. Je dis que les bêtes ont autant d’importance que vous dans ce sauvetage.

(22) Parmi les espèces qui restent, prenez-en autant que vous le pourrez avec leur nourriture respective. Vous attirerez ainsi la bénédiction de Dieu sur toute votre assemblée. Sauvez également le grain, avec ce qu’il faut pour le semer, le récolter, le moudre, et tout ce que vous estimerez bon. Observez ce que fait Noé durant ses préparatifs, et vous saurez ce que vous devez faire pour sortir du monde et vous asseoir dans le sanctuaire. Le Tout-Puissant fait ainsi appel à votre intelligence et à votre coeur pour que vous deveniez enfin des hommes responsables de la Création. C’est pourquoi Il met le salut des animaux entre vos mains, et aussi pour que vous cessiez de les détruire et de les faire souffrir. L’ange n’est pas homme, il n’agit pas comme lui ; car, à ses yeux, la valeur d’un être vivant surpasse toutes les valeurs que l’on accorde aux choses.
Ultimes recommandations

(23) Qu’est-ce qui pourrait encore vous retenir ? Seule votre incrédulité le peut et prenez-y garde, d’autant que, comme Moïse en fait part, la manne fond facilement sous le Soleil... Cela signifie qu’en lisant le livre vous serez avec moi dans le temple mais que, dès l’instant où vous irez sous le Soleil, vous sortirez du temple et ne serez plus avec moi ni avec Celui qui m’envoie : vos pensées étant ailleurs. Veillez à ce phénomène pour ne pas vous éloigner de la vérité durant l’été, et de sortir ainsi du chemin de lumière qui vous conduit vers votre salut. Celui qui aime sa vie dans ce monde la perdra, mais celui qui la hait la conservera. Ceci est une parole de Jésus, croyez-la.

(24) Que puis-je vous dire d’autre ? Lorsque vous serez remplis de vie par le livre que vous venez de manger, et que vous vous affairerez dans vos préparatifs, fermez-vous à ceux qui essayeront de vous dissuader de me suivre, car vous auriez affaire à vos propres ennemis. Par ailleurs, pour acquérir le vrai sentiment religieux que moi je vous donne avec la connaissance, vous devez abandonner vos anciennes croyances et penser constamment aux astres, à leur formation, aux mondes du ciel, et notamment aux six jours (les ères) de la création, suivis du septième jour dans lequel vous verrez Dieu. Car ce n’est qu’en sachant d’où l’on vient, que l’on peut savoir qui l’on est et où l’on va. Et c’est alors que l’on croit en l’Éternel, en cette Grandeur au-dessus des grandeurs. C’est pourquoi je vous demande d’abandonner toutes pratiques religieuses, et de sortir de vos assemblées ceux qui mettront en avant leur propre religion. Chassez ces gens-là, car ils ne doivent nullement troubler les eaux du sanctuaire avec leurs pieds. Débarrassez-en la Terre !

(25) Méfiez-vous aussi de ceux qui se disent les partisans de Dieu, mais qui aiment la mort, car ce ne sont que les partisans de chefs religieux cruels et démoniaques, qui n’avaient encore point existé dans le monde – On ne doit point mourir au nom du Père, mais tout faire pour vivre en son nom – Dieu a en abomination les sacrifices de votre part, et vous voudriez qu’il vous demande de mourir en son nom ? Faites tout ce qu’il faut pour rester vivants, là vous attirerez Ses faveurs ! Le Fils ne meurt pas pour le Père, mais meurt spirituellement pour le monde dans lequel il n’a plus rien à faire. Toutefois, il reste vivant pour servir Dieu ; car en quoi peut-on le servir lorsqu’on est mort ? Faites donc comme moi : suivez mon exemple et ne vous donnez jamais la mort au nom de Dieu, car vous ne pourriez lui faire pire offense.

S’il plaisait à Dieu que ses enfants se sacrifient et meurent pour lui, enverrait-il son fils vous chercher et vous mettre à l’abri sur les hauteurs ? Puisqu’Il vous sauve et vous donne la loi, ce n’est pas pour vous faire mourir, mais pour vous faire vivre !

(26) Prêchez alors Sa parole haut et fort comme je la prêche, partout où il sera possible de le faire, et cela avec grande détermination. Il n’existe aucune puissance au-dessus de la puissance du Saint-Esprit en l’homme. Aussi ne vous mettez pas en position de faiblesse le jour où c’est vous qui êtes élevés. Les puissants de ce monde puisaient en vous-mêmes leur propre force et agissaient sur vous comme il leur plaisait. Mais que sont devenus leur puissance et leur espoir de salut ? Ils n’existent plus. Il n’en est pas de même pour vous qui entendez ma voix et voyez le royaume de tous vos yeux.

(27) Et puis, ne manifestez pas ma venue par de grands cris, mais par des actions de grâce qui vous rendront dignes de moi. Parmi ces actes, les plus grands que vous puissiez accomplir consistent à sauver un grand nombre d’élus, en prêchant les paroles de vie telles que je vous les ai apprises. Gardez-vous cependant de débattre avec ceux qui sont contre le Saint-Esprit que je souffle sur le monde, parce qu’ils sont plus forts que vous en paroles. Évitez-les au contraire, laissez-les à leur sort. Mais comme vous avez reçu de moi, donnez envers les autres, sans rien leur demander en échange. Ne regardez pas à la dépense de votre personne, car vous recevrez au centuple ce que vous donnerez. Et profitez de tous les canaux que vous avez creusés dans les nations pour y faire passer l’arche, sans vous lamenter sur celles qui y feront obstacle. En effet, lorsqu’on refuse d’entendre la vérité, en ce qui concerne le monde, on montre qu’on est indigne d’elle et qu’on ne croit pas en Dieu ni en ses prophètes qu’Il envoie. Il ne peut, pour cela, y avoir pire. Laissez alors à leur sort les nations qui ne voudront point écouter l’agneau de Dieu, elles ont à la tête de leurs organisations les dirigeants qu’elles méritent.

(28) Et ne vous demandez pas constamment, par ailleurs, pourquoi Dieu m’a appelé au soir du monde dans cette nation depuis laquelle je vous écris, car Il ne pouvait susciter son fils dans un pays où l’on se sacrifie aux idoles ou dans un autre où l’on est étouffé. Un seul pays offrait les conditions de naissance du Fils de l’homme, et de ce pays je sors. En raison de quoi, nation élue, toi qui vois aujourd’hui une grande lumière se lever sur toi, vas-tu essayer de l’éteindre, alors que d’elle dépend le salut du monde ? Cela ne te ressemblerait pas ! Porte donc cette lumière dans tous les peuples sans regarder à tes efforts, pour ne pas augmenter le poids de ton châtiment.
La victoire de l'agneau

(29) Le Très-Haut m’a envoyé pour rétablir votre condition d’homme, et pour vous offrir aujourd’hui (au soir du monde) la possibilité d’entrer dans le temple pour sauver votre vie, votre âme, le monde et la postérité. Il m’a fallu vingt ans pour réaliser ces travaux. Durant ces vingt ans, il y eut guerre dans le ciel, car il m’a fallu tout ce temps pour combattre Satan et le précipiter sur la Terre. Certes, il n’est que transpercé, mais les blessures que je lui ai infligées ne lui permettront pas de s’en relever. Et ceux qui lui jetteront de l’eau pour le rafraîchir et le ranimer ne feront qu’accélérer son effondrement. La bête est morte. Faites attention cependant aux violents gestes qu’elle aura durant son agonie, ainsi qu’au souffle de sa bouche, car elle sait qu’il ne lui reste que peu de temps à vivre.

(30) Aussi, vous les anges de Dieu qui étiez à mes côtés durant cette bataille, ne vous prenez pas de pitié aujourd’hui pour ceux qui donnent forme à la bête. Car eux-mêmes n’avaient nullement pitié du sang innocent qu’ils firent couler pendant des siècles, ni de la mère des hommes qu’ils dévastaient. Parce qu’ils vivaient de vous en vous menaçant, répondez-leur maintenant en vous éloignant d’eux pour former vos assemblées. Alors vous garderez la vie, tandis qu’ils périront dans l’étang de feu, dans cet étang qui est le fruit de leurs pensées, la conclusion de leurs oeuvres.

(31) Désormais, et tels des marins face à la tempête, soyez constamment actifs pour empêcher la peur de grandir en vous, car l’action supprime l’angoisse. Tout ne sera pas détruit, ne le sera que ce que j’ai dit. Et quand vous sortirez, vous trouverez çà et là tout ce dont vous aurez besoin pour bâtir le nouveau monde. Allez avec cet esprit et faites tout ce que je vous commande pour votre salut et celui de la postérité. Le siècle qui arrive vous fera entrer dans une ère de justice et de paix. Ne craignez point, vous resterez vivants. Dieu est avec vous tous.

avatar
Admin
Admin

Messages : 58
Date d'inscription : 16/09/2013
Age : 33

http://lelivredevie.forumperso.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum